Samba f ndiaye

HOMMAGE À SAMBA FELIX NDIAYE, L’HOMME DOCUMENTAIRE

mercredi 06 nov. 2019 à 11h
ENTREE GRATUITE
ENDROIT : Salle de cinéma à Dakar à Dakar

À l’occasion des dix ans de sa disparition, l’Institut français célèbre SAMBA FELIX NDIAYE, l’homme documentaire. Au programme de la journée, quatre films choisis au sein de sa longue carrière de cinéaste du réel: Le Trésor des poubelles, exercice de style autour d’une série de cinq courts-métrages, Ngor, l’esprit des lieux, peinture des modes de vie des habitants du village, Lettre à Senghor, à la fois mea culpa, réconciliation et reconnaissance tardive de la grandeur du président-poète et enfin Question à la terre natale, aux airs de déception amoureuse. Les films seront projetés dans la salle de cinéma de l’Institut français, qui porte son nom depuis 2010. Considéré comme le “père du documentaire africain”, il s’est approprié un genre longtemps associé à une vision colonialiste, en portant un autre regard sur le continent. A travers un cinéma qui considère que «l’ouverture au monde est nécessaire», mais que « l’ancrage chez soi est plus important », le réalisateur nous offre une œuvre sensible et soucieuse de révéler la richesse du réel. Inspiré par Rossellini, Visconti ou Resnais autant que par les contes de son pays, le cinéma de Samba Felix Ndiaye constitue un propos toujours actuel et un hommage à son continent.

Pour cette journée exceptionnelle, toutes les projections seront animées par BABA DIOP, journaliste et critique de cinéma, qui sera accompagné de plusieurs invités.

En 1989, Samba Felix Ndiaye réalise Le Trésor des poubelles, une série de cinq courts- métrages qui mettent en scène les biens artisanaux et la fabrication à partir d’objets récupérés, face au débordement de la possession et de la consommation. Chaque film suggère une facette différente du recyclage: AQUA celui des aquariums, DIPLOMATES À LA TOMATE celui des boites de conserve. TEUG évoque l’usage de l’aluminium des moteurs, LES CHUTES DE NGALAM met en scène la poussière rejetée par les bijoutiers, et LES MALLES montre la transformation des fûts métalliques. Une ode aux artisans sénégalais et à leur inventivité.

AMADOU DIALLO, UN PEINTRE SOUS VERRE, s’inscrit dans la lignée de cette réflexion en proposant une immersion dans l’univers d’un peintre de Pikine.

NGOR, L’ESPRIT DES LIEUX :
Abordant les conséquences de l’introduction du néolibéralisme dans les grandes villes africaines, Ngor, l’esprit des lieux est une histoire de la particularité de ce village au sein de Dakar. A travers la vie quotidienne et l’intimité de ses habitants, le film, présenté au Fespaco en 1995, met en scène la force du lieu face à l’urbanisation rapide de la capitale.

LETTRE À SENGHOR
Lettre à Senghor s’inscrit dans la lignée de Ngor, l’esprit des lieux et d’une période plus polémique pour Samba Felix Ndiaye. En désaccord avec le concept de négritude mis en avant par Léopold Sédar Senghor, le réalisateur s’adresse à l’ancien président du Sénégal à travers les voix des habitants de son village natal.

QUESTION À LA TERRE NATALE
Le dernier film de Samba Felix Ndiaye, réalisé en 2007, interroge un continent africain en quête de son avenir, quarante ans après son indépendance. A travers la voix de ses habitants, le réalisateur tente de saisir le regard qu’ils portent sur eux-mêmes, sur leur pays, et sur les autres. Chronique d’une Afrique au temps de la mondialisation, Question à la terre natale est à la fois le récit du retour de Samba Felix Ndiaye, et une réflexion sur l’Afrique, son identité et ses métamorphoses.

Descriptif/line-up
11h: matinée courts-métrages: Les chutes de Ngalam - Les Malles - Aqua - Diplomates à la tomate - Teug - Amadou Diallo, un peintre sous verre
16h: Ngor, l’esprit des lieux -1h34 18h30: Lettre à Senghor - 49 min 20h30: Question à la terre natale - 52 min

A creative story by Nelamservices