Arts visuels2

LES FABULISTES

mercredi 20 mar. 2019 à 19H00
ENTREE GRATUITE
ENDROIT : Galerie Le Manège de l’Institut français, rue Parchappe à Dakar

Peintures : Aliou Diack dit Badou et Serigne Ibrahima Dieye - Sénégal Création sonore : Ibaaku - Sénégal PEINTURE & CRÉATION SONORE

Vernissage : LE MERCREDI 20 MARS, 19h Galerie Le Manège de l’Institut français, rue Parchappe

Entrée libre

Si les fables, - ces récits imaginaires généralement en vers dont le but est d’illustrer une morale en utilisant des Animaux pour faire parler les hommes, semblent être héritées du Moyen Âge dans les mondes du nord, on oublie souvent que l’Afrique a porté de nombreux fabulistes. La transposition ainsi effectuée de l’Homme à l’Animal permet de dénoncer les injustices, les abus et les défauts de nos contemporains de façon satirique sans qu’ils ne s’aperçoivent que c’est justement d’eux que le fabuliste se joue. A la lisière de la tradition orale et d’une nouvelle esthétique néo-naturaliste, que se joue-t-il dans leurs peintures qui prennent la forme de castelets ? Quels fils de la mémoire collective tirentils ? Cette exposition propose d’arpenter ces territoires picturaux et de voir en quelle mesure les résurgences de ces traditions orales dans la peinture peuvent faire « école » au Sénégal et plus largement en Afrique de l’Ouest. Aliou Diack : Formé à l’Ecole des Arts de Dakar, il déploie dans son univers pictural des motifs néo-naturalistes, inspirés autant par son environnement urbain que par les réminiscences de son enfance villageoise. Serigne Ibrahima Dieye : né en 1988 dans la banlieue de Dakar, Ibrahima Dieye fait partie de la jeune génération de peintres issue du Département des Arts Plastiques de l’École des Arts de Dakar. Il s’intéresse au chaos qui l’entoure. Ainsi, de son œuvre émergent très tôt des signes mystérieux et des animaux hybrides qui racontent, comme des fables, son quotidien urbain. « Se mettre en travers du soleil ne l’empêche pas d’aller se coucher»

A creative story by Nelamservices